Une brève histoire de caillou

Une pierre de serpentinite. Une pierre de serpentinite trouvée au barrage de Moiry.

Les cailloux de nos montagnes sont tous des étrangers: ils ne sont pas nés en Suisse. D’où viennent-ils? Comment se forment-ils? Réponse de Michel Marthaler, géologue et professeur honoraire à l’Université de Lausanne.

«Aucun des cailloux que vous ne foulerez sur les chemins de randonnées ne sont nés là où vous les trouvez. Ce sont des immigrés, bien plus vieux que les montagnes.»

Photo de Michel Marthaler.
Michel Marthaler, auteur de «Le Cervin est-il africain?».

Avec l’été, revient le temps des balades en montagne: respirer un grand bol d’air frais, admirer les magnifiques vues des sommets et se dégourdir les jambes sur des sentiers parsemés de cailloux. Des cailloux? Cette rocaille banale qu’on écarte sans cérémonie du passage? Pourtant, même la plus petite pierre du Jura, des Alpes ou du Cervin, possède une histoire qui dépasse la nôtre de très loin. Comme le rappelle Michel Marthaler, auteur de Le Cervin est-il africain?, «les pierres sont des ambassadrices de l’histoire de la terre. Aucun des cailloux que vous foulerez sur les chemins de randonnées ne sont nés là où vous les trouvez. Ce sont des immigrés, bien plus vieux que les montagnes.»

Paysage rocailleux dans les Alpes
La serpentine, les roches vertes ici au premier plan, se trouve un peu partout dans les Alpes lors de nos randonnées estivales.

Étrangères nées dans la mer

Carte du Jurassique
Carte 2. Carte du Jurassique, il y a 160 millions d’années.

Michel Marthaler nous raconte leur histoire comme on narre un conte: «Prenez par exemple cette pierre de serpentinite trouvée au barrage de Moiry, dans les Alpes valaisannes. Elle a une origine magmatique et date de 160 millions d’années (voir carte 2 ci-contre), lorsque le supercontinent de la Pangée se fracture pour donner naissance à la mer Téthys. Une importante activité volcanique sous-marine génère alors des laves en coussins, qui forment le fond de cet océan qui s’agrandit (voir infographie 1 ci-dessous).»

Pendant cette époque du Jurassique où toute la future Europe était sous l’eau, les roches calcaires du Jura se sont déposées près du rivage nord de la mer Téthys. «Il y avait plein de dinosaures qui se promenaient le long des plages, précise le géologue. On retrouve aujourd’hui leurs pas gravés dans la pierre, comme à Courtedou (JU), Reuchenette (JU) ou Loulle (F)

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Beaucoup de pierres des Alpes
sont en réalité nées dans la mer.

Témoins de l’histoire de la Terre

Carte de l'Eocène
4. Carte de l’Eocène, il y a 50 millions d’années.

Il y a 50 millions d’années, l’Atlantique Nord se forme (voir carte 4 ci-contre). Sous l’effet des pressions qui en résultent, l’Afrique et l’Europe se rapprochent, puis cette dernière s’enfonce sous la plaque africaine. Les couches de roches d’origine marine, où se situent les serpentinites, se retrouvent coincées entre deux plaques tectoniques, des dizaines de kilomètres sous terre (voir infographie 2). «Quelques millions d’années plus tard, les Alpes valaisannes s’élèvent, mais le Cervin n’a pas encore sa forme actuelle. Le Jura pointe son nez en dernier, souligne notre passionné des rochers. L’érosion exhume lentement les montagnes actuelles et dégage les cailloux qui roulent sur les versants des montagnes, laissant apparaître la serpentinite présente sur nos sentiers.» Ainsi, beaucoup de pierres des Alpes sont en réalité nées dans la mer. 

Schéma explicatif des déplacements des laves en coussin et de la serpentinite entre les plaques européenne et africaine.
Infographie 2 – Les laves en coussin et la serpentinite sont entraînées en profondeur par la plaque européenne qui se glisse sous la plaque africaine. © Infographie Éditions Loisirs et Pédagogie

Quand vous irez vous promener, réfléchissez donc à deux fois avant de leur mettre des coups de pieds. Prenez-les plutôt dans vos mains et pensez que vous tenez-là les témoins d’âges immémoriaux, où l’homme n’existait pas, les survivants d’une inhumation millénaire, revenus à la lumière pour nous raconter un pan de l’histoire de la Terre. En tant qu’immigrés des temps anciens, les cailloux méritent plutôt tout notre respect!

Textes: Chloé Falcy
Mise en page: Yan Giroud

Pour aller plus loin: