Patrons d’UBS et Credit Suisse: des smicards! Le billet de Pierre-Alain Rime

Gros plan rapproché sur des piles de pièces de monnaie sur une table 14,2 millions de francs de revenu annuel pour le «smicard» Sergio Ermotti (CEO d’UBS), contre 7 milliards de dollars pour David Tepper (gérant du fond Appaloosa): un monde sépare les grandes fortunes de la planète.
Pierre-Alain Rime, auteur de l'ouvrage «Les mondes économiques».
Pierre-Alain Rime, auteur de l’ouvrage «Les mondes économiques». © Photo Olivier Maire

En 2017, Sergio Ermotti, CEO (prononcez si-i-ôh, ou siii-haut !) d’UBS, a obtenu la rémunération la plus élevée parmi les directeurs généraux des 30 entreprises classées à la Bourse suisse, en encaissant la coquette somme de 14,2 millions de francs. De son côté, Tidjane Thiam, CEO de Credit Suisse, a juste échoué sous la barre des 10 millions (à 9,7 millions, soit tout de même 40’000 francs par jour ouvrable). Ces revenus placent nos CEO parmi les dirigeants d’entreprise les mieux payés en Europe. Qui a dit que l’autre abréviation de CEO, c’était c… en or?

En travaillant environ 2500 heures dans l’année, M. Paulson a obtenu une rémunération de 2  millions de francs par heure.

Des «smicards» dans la cour des grands

Pourtant, ces braves millionnaires ne sont que des « smicards1 » en comparaison des revenus des gérants de fonds les mieux rémunérés. En 2009, David Tepper, gérant du fonds Appaloosa, a dégagé un bénéfice de 7  milliards de dollars et s’est octroyé un salaire de… 4  milliards. Comment s’y est-il pris ? Il a misé sur l’envolée du cours des actions des grandes banques américaines, alors en pleine déroute et sauvées uniquement grâce aux injections de l’État. «Merci, chers contribuables», aurait-il prononcé. Pour lui, le principe de la socialisation des pertes et de la privatisation des bénéfices a fonctionné en plein! Sa devise: «l’argent ne doit jamais être un but premier dans notre métier».

On le comprend aisément. En effet, son but premier va être de trouver le moyen de dépenser cette somme, qui sort de l’imaginaire. S’il décidait, par exemple, de s’acheter des Ferrari, modèle haut de gamme s’il vous plaît, son seul salaire de 2009 lui permettrait d’en changer 10’000 fois, soit chaque jour, pendant près de 30 ans. En 2010, John Paulson, autre gestionnaire de fonds spéculatifs, a gagné plus de 5  milliards de dollars. En travaillant probablement environ 2500 heures dans l’année, M. Paulson a obtenu une rémunération de… 2  millions de francs par heure.

De l’argent à bâtir une Tour Eiffel

Et que dire alors du revenu de nos deux banquiers suisses, par rapport aux gains de Jeff Bezos? Le patron et fondateur d’Amazon, qui détient 18% du capital du géant du e-commerce, a ainsi vu sa fortune virtuelle bondir de 18 milliards de dollars au cours d’un seul trimestre de l’année 2016. Son patrimoine a donc crû, chaque seconde, de 2200 dollars! L’année précédente, sur la seule journée du jeudi 22 octobre 2015, l’homme – qui deviendra, en 2018, le premier à posséder une fortune supérieure à 100 milliards de dollars – a gagné la bagatelle de 5 milliards de dollars en 24 heures, soit l’équivalent du PIB annuel d’un pays comme le Malawi (18 millions d’habitants)! En 7 minutes chrono, Jeff se faisait le salaire annuel cumulé de nos deux smicards de banquiers…

Pour ceux qui auraient l’habitude de brasser des millions, rappelons que 3 milliards de francs, empilés en coupures de 1000 francs, chatouillent presque le haut de la Tour Eiffel.

Deux mots encore sur un autre milliardaire en vogue: Mark Zuckerberg. Convoqué en avril 2018 devant le Sénat américain pour rendre compte de certaines légèretés dans la confidentialité des informations déposées sur Facebook, ses plates excuses et ses promesses d’être, à l’avenir, un gentil garçon, lui ont permis – grâce à la remontée du cours ses actions – de gagner 3 milliards en une seule journée. Voilà qui vaut le coup de se faire remonter les bretelles! Pour ceux qui auraient l’habitude de brasser des millions – dans le genre de nos deux smicards – rappelons que 3 milliards de francs, empilés façon bancomat en coupures de 1000 francs, chatouillent presque le haut de la Tour Eiffel. Si, si!

Allez, soyons honnêtes, nos deux smicards n’en sont plus tout à fait lorsqu’on reprend la statistique du Wealth Report 2017 (rapport sur la fortune mondiale) de Credit Suisse. On y apprend en effet que la moitié la moins riche de la population adulte de la planète, soit 2,5 milliards de personnes, ne possède même pas 3 misérables billets de 1000 francs de fortune personnelle. Traduction: 50% des adultes dans le monde n’ont pas une fortune (mobilière et immobilière) équivalente à la valeur d’un scooter. Mais la plupart d’entre eux contribuent à celle de Mark…

Pierre-Alain Rime
Auteur de l’ouvrage Les mondes économiques

1 Smic : salaire minimum interprofessionnel de croissance. En France, il s’agit du salaire minimal en dessous duquel aucun salarié ne devrait être payé. Au 1er janvier 2018, il s’élevait mensuellement à 1153,82  euros net pour 35 heures de travail par semaine.

Pour aller plus loin: