Les excursions de Petchi

Anne Wilsdorf en séance de dédicace. Anne Wilsdorf en séance de dédicace. © Photo Éditions Loisirs et Pédagogie

Comment une petite fille raconterait-elle la Suisse? C’est à cette question que répondent les ouvrages de la collection Petchi, qui compte déjà six titres.

Anne Wilsdorf et Benjamin Knobil, coauteurs des aventures de Petchi.
Anne Wilsdorf et Benjamin Knobil, coauteurs des aventures de Petchi.
«Petchi», des livres 100% suisses
«Petchi», des livres 100% suisses.

Qui a dit que la Suisse était ennuyeuse? Certainement pas Benjamin Knobil et Anne Wilsdorf. Sous la plume du premier et le trait de la seconde, la petite Petchi revisite avec sa vache doudou Voilà-Voilà des lieux connus de la Suisse – les bateaux de la CGN, le train panoramique du Goldenpass ou encore la chocolaterie Cailler. Mais quand l’héroïne est une fillette qui se réapproprie la réalité par le rêve, tous les scénarios sont possibles: une avalanche de fondue sur les voies, un lac de chocolat où se baignent des vaches laitières ou encore une chasse aux pirates sur les eaux du Léman. Avec le retour des beaux jours, petite excursion touristique – et délirante – commentée par Benjamin Knobil.


Petchi visite la chocolaterie

«Petchi visite la chocolaterie».
Illustration d’Anne Wilsdorf. © Éditions Loisirs et Pédagogie

«Je voulais mettre à l’honneur le chocolat au lait, spécialité suisse par excellence. Associées à cette image, on a bien sûr la vache Milka, et particulièrement la vache gruyérienne. Ici, c’est donc tout le patrimoine de la Gruyère qui est mis à l’honneur, non seulement la vache, le lait et le chocolat, mais aussi la procession de la poya pour aller dans la montagne ou le lac en chocolat, de l’authentique Lac noir situé dans le canton de Fribourg.»

Petchi et les pirates du Léman 

«Petchi et les pirates du Léman».
Illustration d’Anne Wilsdorf. © Éditions Loisirs et Pédagogie

«Quand mes filles étaient petites, je les emmenais souvent en promenade sur les bateaux de la CGN, et j’étais impressionné par les pistons apparents, si typiques de la flotte. L’idée des pirates vient évidemment des ‹Pirates d’Ouchy›, le tout couronné par le trésor de Petchi, ou la chose la plus suisse du monde: les pièces en chocolat.»

Petchi prend le train à fondue

«Petchi prend le train à fondue».
Illustration d’Anne Wilsdorf. © Éditions Loisirs et Pédagogie

«En Suisse, on peut encore manger dans les trains, c’est quand même génial! Alors, quand le Goldenpass propose de déguster une fondue dans un train qui traverse la montagne, c’est le rêve. Quant à l’avalanche de fondue, l’idée était de se mettre dans la tête des enfants, avec les avalanches de neige… De là, il n’y avait qu’un pas!»

Petchi aux sports d’hiver

«Petchi aux sports d'hiver».
Illustration d’Anne Wilsdorf. © Éditions Loisirs et Pédagogie

«Dans ce livre, je souhaitais célébrer les nombreux sports d’hiver qu’on trouve en Suisse. Toute la faune des montagnes apparaît au fil des pages, même le grand méchant loup, qui n’est pas si féroce que ça ici. Quant aux marmottes qui prennent des notes, elles représentent la minutie administrative, typiquement suisse: tout est consigné quelque part! Je me suis aussi inspiré des courses-poursuites, particulièrement celle du film de James Bond Au service secret de Sa Majesté, qui se déroule, surprise, surprise… en Suisse.»

Petchi et les animaux du cirque

«Petchi et les animaux du cirque».
Illustration d’Anne Wilsdorf. © Éditions Loisirs et Pédagogie

«L’origine de l’histoire remonte à un autre souvenir avec mes filles: visiter la ménagerie du cirque Knie et observer les éléphants se baigner dans les eaux du lac Léman. Fatidiquement, c’est le lendemain du jour où j’avais rendu la première version du scénario que les journaux annonçaient que le cirque ne pourrait plus garder ses éléphants!» 

Petchi et la montre à remonter le temps

«Petchi et la montre à remonter le temps».
Illustration d’Anne Wilsdorf. © Éditions Loisirs et Pédagogie

«Bien sûr, quand on parle de la Suisse, et de Neuchâtel en particulier, on pense tout de suite aux montres. J’ai toujours été fasciné par le mécanisme qui sous-tend leur fonctionnement. Et La machine à remonter le temps était un de mes livres préférés lorsque j’étais enfant. En partant de cette idée, j’ai imaginé que Petchi voyage dans le temps pour rencontrer le fils – bien plus intéressant – de Guillaume Tell, qui crée une montre à partir d’une arbalète. L’association entre ces deux clichés suisses joue sur le fait qu’il s’agit de deux objets mécaniques, d’une arme qui devient machine à lire les heures.»

Pour aller plus loin: